Être Et Mieux-Etre
EEME - Respect - Xabi

Le respect

EEME - Respect - XabiLe respect semble s’exiger, s’imposer, se gagner ou se mériter. En effet, notre statut, nos actions et nos comportements confèrent un certain degré de considération. Pourtant, dans la philosophie bouddhiste, le respect envers tout être humain, tout animal, tout végétal et même tout minéral est une règle de vie. Alors, comment expliquer que certaines personnes n’arrivent pas à se faire respecter ? Et y a-t-il un lien entre le respect des autres et celui que l’on s’octroie ?

Le respect par définition

Le respect évoque l'aptitude à considérer ce qui a été énoncé et admis dans le passé, et d'en tirer les conséquences dans le présent. Dans le cadre d’un engagement, il peut ainsi être question du respect d'une promesse, d'un contrat ou des règles d'un jeu.

Le respect prend également la forme de dignité. Il s’agit ici d’être reconnu dans son existence même, à savoir en tant qu’être humain. L’histoire montre qu’il n’a pas toujours été question de bienveillance les uns envers les autres. Dans la constitution américaine, avant l’abolition de l’esclavage, l’homme noir était considéré comme une marchandise. Dans certains pays encore, la femme ne jouit pas des mêmes droits que la gente masculine. Malheureusement, les exemples ne manquent pas.

Enfin, le terme respect a un sens qui se rapproche plus des valeurs d'estime et de mérite lorsqu'il est appliqué individuellement. Notamment, au regard des actes accomplis conférant une certaine respectabilité.

Le respect, une histoire de mérite

Dans la société actuelle, le respect est octroyé de manière estimative. En effet, celui-ci est une forme de reconnaissance des compétences et des actions de chacun. Cette évaluation de la performance s’illustre à l’école où nous attribuons des notes afin de mesurer le progrès, créant alors une certaine forme de compétition dès le plus jeune âge. Le respect gagné ainsi peut être perçu comme une récompense publique.

Chacun a son champ de compétences. Si vous n’excellez pas dans un domaine, vous vous illustrerez dans un autre. Souvenez-vous que les comparaisons sont rarement bienfaisantes.

Le respect, une histoire de tolérance

« La tolérance ne devrait être qu'un état transitoire. Elle doit mener au respect. Tolérer c'est offenser. » - Goethe

Force est de constater qu’il ne semble pas évident de vivre avec l’autre. Pour preuves : le nombre de guerres, d’attentats, de violences physiques et verbales qui rythment les informations. Ainsi lorsque la différence est connue, parfois même affichée ou revendiquée, c’est bien souvent et malheureusement l’intolérance qui est l’attitude la plus répandue. Il ne s’agit pas tant de haine mais plutôt de la peur de l’autre car l’intolérance est un sentiment certes agressif, mais surtout défensif.

Ainsi, la tolérance ne peut être conçue, que comme une attitude positive qui serait le résultat de la comparaison et de la réflexion. Qu’ai-je de plus que l’autre ? Suis-je mieux que l’autre ? Nous nous devons de respecter la différence de l’autre, parce qu’il a notamment le droit d’être différent.

Attention toutefois, tolérer ne doit pas amener au laisser-aller ou à la permissivité. Car toutes les valeurs ne se valent pas. Sinon, il n’y aurait aucune raison à lutter contre la violence et à aspirer à la paix. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il existe un seuil de tolérance.

L’intolérable n’est pas l’intolérance. La tolérance n’est pas le respect. Le respect est la seule valeur qui permet de vivre ensemble en paix.

Le respect, une histoire de valeur

« La liberté c’est le respect des droits de chacun ; l’ordre c’est le respect des droits de tous. » - Marbeau

Le respect est le seul vrai sentiment moral qui ait la capacité de rendre viables des valeurs différentes. En effet, quand la tolérance s’illustre par un pacte de non-agression, le respect s’enrichit de la rencontre de l’autre. Respecter son prochain, c’est lui accorder de l’attention et de la considération. C’est également ouvrir la voie au dialogue et accueillir une nouvelle vision du monde qui pourrait faire de nous des êtres nouveaux.

Accepter l’autre, c’est franchir le pas de la tolérance vers la considération.

« Si vous voulez être respecté, commencez par être respectable. » - Somerset Maugham

Ainsi, respecter l’autre demande un effort d’ouverture. Mais se faire respecter n’est pas un acte évident non plus. Beaucoup ne parviennent pas à se faire respecter et se font sans cesse marcher sur les pieds. Et pour cause, ces personnes ont un grand besoin de reconnaissance et d’amour. Alors, pour recevoir un peu d’attention, elles sont capables de tout accepter, d’être rabaissées et de mettre ainsi leur dignité de côté. Elles pensent à tort qu’en se soumettant aux désirs de l’autre, elles pourront être aimées et ne seront par conséquent, ni rejetées, ni abandonnées. Or, la sympathie ou la trop grande gentillesse n’amènent absolument pas au respect.

Afin d’imposer le respect, il est essentiel de savoir poser des limites. Cela consiste à savoir dire non, ne pas laisser l’autre envahir son espace vital ou partir quand une situation ne nous convient pas. L’attitude corporelle est également à soigner. Car un regard fuyant, une poignée de main molle, une position nonchalante n’inspirent pas le respect.

L’oubli de soi a des conséquences désastreuses car être trop dévoué entraîne le manque de respect. Face à ce triste constat, l’estime de soi chute inexorablement.

Pour vous faire respecter, soignez votre attitude et vos comportements.

Le respect, une histoire d’affirmation de soi

« Si on n’a pas confiance en soi, si on n’a pas de respect, de considération, d’estime pour soi-même, on ne peut pas être un homme, même ordinaire. » - Yasmina Khadra

Il est important de s’affirmer pour pouvoir être respecté. Et gagner le respect des autres permet d'avoir une bonne estime de soi. L’affirmation de soi est un savant équilibre entre confiance en soi, estime de soi, établissement de limites et dépassement de certaines peurs. L’idée n’est donc pas de se croire au centre du monde, ni de penser que nous ne sommes rien. S’affirmer n’est pas avoir des exigences autoritaires, ni se plaindre sans cesse. S’affirmer, c’est exprimer et faire entendre ses besoins, ses envies ou ses opinions. Cette capacité à pouvoir s’affirmer par une communication respectueuse de son interlocuteur et de soi-même s’appelle l’assertivité. Cette attitude permet des relations beaucoup plus saines car elle favorise la confiance et la compréhension mutuelle.

Affirmez-vous pour gagner confiance en vous.

Et vous, respectez-vous les autres autant que vous-même ?

Suggestion de lecture

Bibliographie EEME Consulter

Marie-Joséphine Mazza

Praticienne certifiée Hypnose & EMDR

Consultation sur rendez-vous au 06 59 70 60 47

204 avenue du Médoc - 33320 Eysines

Etre Et Mieux-Etre - eeme.fr


4 commentaires

  1. Très belle analyse des valeurs du vivre ensemble telles qu’elles sont enseignees dès le plus jeune âge maintenant

    1. Merci pour ce beau compliment!
      Belle journée,
      Marie-Joséphine

  2. Très beau message de tolérance. Que le plus de monde le lise. Merci.

    1. Un grand merci Patricia!
      Belle journée,
      Marie-Joséphine

Laisser un commentaire